La Sierra de Guara
Randonnées en Sierra de Guara – Aragon

Merveilles du Sud

Paradis de la randonnée, espace immense et déserté, la Sierra de Guara vous livre ses secrets. Des paysages uniques, une nature sauvage et préservée, un monde d’eau et de roches, des abîmes qui sont le refuge d’une faune et d’une flore variées, un patrimoine architectural et culturel extrêmement riche…

Le Parc Naturel de la Sierra et des Canyons de Guara: un cadre à la beauté sauvage.

Paradis de la randonnée, la Sierra de Guara est un site protégé qui est classée parc naturel depuis le 27 septembre 1990. C’est un lieu d’ intérêt communautaire (LIC) et il a aussi été déclaré ZEPA (Zone de protection particulière des oiseaux).

canyon-mascun-inferieur
La Cuca de Bellosta
Le dauphin du Mascun

La Sierra de Guara

Le Parc de la Sierra et des Canyons de Guara possède d’ étonnantes falaises rocheuses sculptées par l’eau qui abritent des plantes uniques qui ne poussent que sur les rochers de ces ravins. Elle s’étend sur un important massif calcaire et est le fruit d’un véritable bouleversement géologique et de phénomènes d’érosion qui forment un réseau hydrographique de plus d’une centaine de canyons, ravins, et gorges. A l’intérieur du Parc naturel, la réglementation est identique à celle en vigueur dans tous les pays européens.

Carte de la Sierra de GuaraLa Sierra de Guara est traversée du nord au sud par plusieurs rios: le Guatizalema, le Formiga, l’Alcanadre, l’Isuala, le Fulmen, le Vero. Les bassins versants sont très pauvres et la végétation quasi inexistante, ce qui rend la Sierra, en cas de fortes pluies, très dangereuse pour le canyon.

En plus des activités sportives qu’il est possible de pratiquer dans la région, la Sierra de Guara possède de nombreux autres attraits culturels: fêtes, monuments, ermitages, sentiers, villages, légendes… L’eau fait l’objet d’un véritable culte: San Urbez, San Cosme, San Martín…(Pèlerinages annuels à Nocito, Vadiello et San Julian de Banzo). Le village médiéval d’Alquézar avec son château et sa Collégiale se dresse au-dessus du Canyon du Rio Vero, dans un cadre à la beauté sauvage.

Le climat est froid en hiver, chaud et sec en été, entrecoupé d’orages violents et courts avec de longues périodes de sécheresses au cours desquelles les sources se tarissent. La Sierra de Guara bénéficie d’un microclimat méditerranéen.

Céréales, olives, amandes, vin du Somontano restent les principales ressources des habitants de la Sierra de Guara.

Lucien Briet et la Sierra de Guara

Les premiers explorateur de la Sierra de Guara sont des montagnards et spéléologues Français. Le plus célèbre d’entre eux, Lucien Briet s’installe a Boltaña et commence dés 1902 l’exploration des vallées et canyons.

Lucien Briet

Activités sportives

  • La randonnée
    La sierra est traversée par une multitude de chemins et de sentiers, autrefois empruntés par les bergers et les brebis, aujourd’hui parcourus par les randonneurs. De nombreux villages abandonnés (Otin, Nazaré, Bagueste…) jalonnent ces chemins.
    Le point culminant de la Sierra est le Tozal de Guara (2077 mètres) qui dispense une vue magnifique sur le versant sud de la chaîne des Pyrénées.
  • Le canyoning
    Le renom des canyons de la Sierra de Guara (Vero, Mascun, Balces, Barazil, Formiga …) a dépassé les frontières de l’Europe, on y vient du monde entier. Les paysages sont fantastiques et variés. Chaque canyon possède sa spécificité (aquatique, descente en rappel, mixte, etc…).
  • L’ Escalade
    Les sites de Rodellar: voies de très haut niveau au bord de l’eau, Alquezar, dominant le village et la collégiale, et Olvena (proche de Barbastro, deuxième ville du nord Aragon), énorme rocher école tous niveaux, en bord de route, sont des lieux magiques pour s’initier ou approfondir cette activité.
  • Le VTT
  • La randonnée à cheval
    Nombreux guides et accompagnateurs équestres en Sierra de Guara.

Première au Rio Vero

1966 : Une équipe de randonneurs s’attaque à l’exploration du Rio Vero, une rivière d’Aragon très mal connue à l’époque. Où se cache sa source ? Que renferment les canyons dans le secret desquels s’enfonce le cours d’eau ? Au fil des explorations, les explorateurs réalisent la première traversée des quatre canyons du Rio Vero et découvre l’existence de peintures préhistoriques à l’aspect indéchiffrable.
Pierre Minvielle raconte de façon vivante les péripéties qui ont marqué cette aventure qui est à l’origine du canyoning moderne. Fréquentant ces territoires depuis plus de 60 ans, il en est la mémoire vivante. Il en résulte un récit vif et distrayant qui intéressera tous ceux – ils sont nombreux – qui s’intéressent à l’Aragon et aux canyons du Rio Vero.

Pourquoi avoir attendu si longtemps pour raconter cette exploration ? Parce que les témoignages archéologiques ainsi découverts étaient fragiles et l’on pouvait craindre le vandalisme. Aujourd’hui, ces précieux vestiges sont enfin protégés. Ils sont classés par l’UNESCO au Patrimoine Mondial de l’Humanité. L’auteur qui a découvert ces vestiges peut raconter.

L'art rupestre en Sierra de Guara

Le Parc du Río Vero, avec plus de 60 grottes répertoriées, représente l’un des ensembles les plus singuliers d’art pariétal préhistorique d’Europe. L’art rupestre du Parc Culturel du Vero, a été déclaré par l’UNESCO, Patrimoine de l’ Humanité.
En Sierra de Guara, convergent tous les styles classiques de la Préhistoire de la Péninsule Ibérique: Paléolithique, Levantin, et Schématique.

L’art Paléolithique

La grotte de la « Fuente del Trucho », renferme les premières manifestations artistiques des hommes préhistoriques, uniques peintures du Paléolithique en Aragon. Au plus profond des grottes et dans la pénombre, se cachent d’extraordinaires représentations naturalistes comprenant des chevaux, de mystérieuses mains en négatif, des alignements de points… Ce sont des images créées par les peuples de chasseurs du Paléolithique Supérieur.

L’art Levantin

Cet art naturaliste et narratif, réalisé dans des grottes ou des abris exposés à la lumière, s’ étend sur tout le bassin méditerranéen de la Péninsule Ibérique. Des représentations avec une forte présence humaine (scènes de chasse, danses, récoltes, combats … ) nous confirment la présence de civilisations allant du post-paléolithique jusqu’au Néolithique. Les splendides représentations de cerfs des grottes de Chimiachas et d’Arpàn, les caprinés de Regacens, les scènes de chasse, cueillette et autres de Muriecho, nous montrent l’importance de ce style dans la région du Vero.

Le cerf de Chimiachas
Le cerf de Chimiachas
Abrigo de Barfaluy
Abrigo de Barfaluy

L’art Schématique

L’art schématique, un style synthétique et abstrait, le style le plus abondant dans la région du Vero, est associé aux sociétés productrices qui ont vécu du Néolithique à l’âge de Bronze. Les formes des humains, des animaux et l’abondance de signes renforcent son caractère symbolique. Les grottes de Barfaluy, Mallata, Gallinero-Escaleretas… renferment une grande variété de motifs: êtres humains portant des cerfs sur le dos, anthropomorphes dans différentes attitudes associés à des animaux, quadrupèdes, signes arboriformes, formes géométriques…

L'environnement

La Sierra de Guara par la diversité de sa faune et de sa flore est une réserve naturelle d’une richesse exceptionnelle.

On trouve sur ses hautes falaises de grands rapaces qui y ont installés leur nid; vautour fauve, gypaète barbu, percnoptère.
Sangliers et renards parcourent en nombre les hauts plateaux.
Crapauds, couleuvres, vipères peuplent les canyons.

Pins, sapins, buis, chênes kermes, épineux, arbousiers, amandiers, oliviers, figuiers et une flore abondante donnent à la Sierra de Guara sa couleur et son odeur si particulière.

Percnoptère d'Egypte
Orchidée
Ramonde des Pyrénées

La Sierra oubliée

Du début des années 1950 à la fin des années 1970, la sierra de Guara, dans le nord de l’Espagne, fut une sierra oubliée. Aussi oubliée que l’est aujourd’hui le passé de cette terre d’Aragon. Son mode de vie, à l’époque, était archaïque : on y taillait le silex pour fabriquer des outils.
Une étrangeté réciproque a réuni l’auteur, alors jeune explorateur de canyons, et les habitants de la sierra. Ce livre retrace leur émerveillement mutuel. Dans ces pages, qui disent la découverte de l’autre, l’exode rural, les efforts de l’auteur pour enrayer la désertification, fourmillent de truculents portraits, des témoignages d’une vérité brute, de justes fragments d’une réalité alors méconnue, aujourd’hui dans les friches de la mémoire.
Pierre Minvielle réhabilite un monde. Tour à tour cocasse ou grave, le ton de son écriture ne cesse d’exprimer la tendresse d’un homme pour d’autres hommes et pour ce « paysage dévastateur de l’âme ».

Découvrir la région

Notre coup de coeur

Le village de Castellazo, à 2 km d’Arcusa en Sierra de Guara, se trouve entre les deux cités médiévales d’ Ainsa  (au Nord) et d’Alquezar (au Sud), et, à 15 minutes du départ du Rio Vero.

A quelques kilomètres du Parc National d’Ordesa y Monte Perdido et à la porte du Parc Naturel de la Sierra de Guara et ses canyons, l’hébergement gîte Meson de Castellazo jouit d’ un panorama exceptionnel et d’un emplacement privilégié.

Ancienne ferme typique du Sobrarbe, située à l’entrée du village, cet hébergement vous offrira le calme et le dépaysement dont vous avez besoin.

En route pour partager des moments de détente et de convivialité avec Marjorie, Pierre et toute l’équipe du gîte Meson de Castellazo.