Les premières explorations

Les spéléologues sont les premiers acteurs de l’histoire du canyoning. A la fin du 19éme siècle ce sont les premiers à explorer les canyons et à en effectuer des descentes. Ce sont de véritables expéditions qui sont montés pour effectuer ces premières reconnaissances: le matériel est constitué de lourdes échelles de spéléologie, de barques de bois et de canoës.

Édouard Alfred MARTELEn 1888, le spéléologue Édouard Alfred MARTEL réalise la descente de la rivière souterraine qui traverse la grotte de Bramabiau.
Un autre de ces pionnier, Armand Jamet réalise en 1893 la première exploration du canyon de l’Artuby au Verdon.

Au début du XX siècle, Édouard Alfred MARTEL et Armand Jamet réalisent deux premières retentissantes pour l’époque: en 1905, la descente complète du grand canyon du Verdon en quatre jours et en 1906 la descente de la clue de Daluis dans la vallée du Var, dans les Alpes-Maritimes.
La célèbre clue d’Aiglun dans la vallée de l’Esteron (Alpes-Maritimes) repousse Martel en 1906. Elle sera parcourue pour la première fois en 1928 par Jacques Moreau, en deux étapes, l’une par l’amont, et l’autre par l’aval.

Lucien BrietDans les Pyrénées dés 1904, en Sierra de Guara, Lucien Briet, se rend au Barranco de Mascún sur les conseils du Comte de Saint-Saud. Il s’installe a Boltaña et commence l’exploration des vallées et canyons du Haut Aragon et de la Sierra de Guara. Il se rend au Val de Onsera et commence l’exploration des gorges du Guatizalema, du Vero et de la Peonera.
Rien n’échappe à son objectif et c’est à travers ses images que beaucoup découvriront l ‘existence des sierras du haut Aragon.


Les canyons du Pays Basque

Les canyons du Pays Basque et leurs mystères attirent de plus en plus les spéléologues. Entre 1903 et 1906 F.Fournier, Veisse, Bougeade et Dufau effectuent les premiers repérages des canyons de Kakouetta, Holzarté et Olhadubie.
En 1907, Édouard Alfred MARTEL explore les gorges d’Ehujarre, de Kakouetta et surtout il tente la descente du canyon d’Holzarté-Olhaduby, long de cinq kilomètres et profond de 100 à 300 mètres. Malgré des obstacles et des cascades difficiles à surmonter avec le matériel de l’époque, le canyon est parcouru en partie. A l’époque, c’est un véritable exploit sportif car la courageuse équipe de Martel s’attaque aux canyons avec un matériel rudimentaire: échelles de spéléo, barques en bois …

En 1908, F.Fournier, Rudaux, Couppey de la Forest, le Dr Maréchal et leurs porteurs, continuent l’exploration de ce canyon. Par des descentes à l’échelle depuis le bord du canyon et la remontée de deux kilomètres depuis la sortie, ils reconnaissent plus des trois quarts du canyon.
La dernière tentative de descente intégrale de Martel date de 1909 : avec F.Fournier, Rudaux, Maréchal et leurs porteurs, il parvient au lac souterrain du canyon d’Olhadubie.

Martel écriera plus tard: « Malgré tous les efforts par l’amont, par l’aval et par les flancs, à grandes volées d’échelles de cordes, avec des bateaux de toile, des échelles démontables, 600 mètres demeurent inconnus entre une cascade sortant d’une crevasse inviolable et une autre chute qui tombe de 50 mètres dans le fond invisible de la gorge. Il est probable qu’une ou plusieurs brisures de l’eau, font ici un ressaut de 100 mètres, qu’il sera bien difficile d’aller voir. « 

En effet, peu d’explorateurs tentèrent, après MARTEL, de percer le mystère d’Holzarté. Toutefois de 1925 à 1933, de sérieux efforts furent tentés, notamment, par MM. DUBOSC, le Docteur MINVIELLE, Laurent BARATS, CAMES, MALAN, GARDERES, LAVIE, Mlle LEVAVASSEUR.

Le 25 août 1933, ce sont les montagnards Béarnais, Robert Ollivier, R.Mailly, F.Cazalet, H.Dubosc qui réalisent la première descente intégrale des gorges d’Holzarté Olhaduby.


Les premières explorations en Sierra de Guara

En Sierra de Guara, le parcours intégral des canyons ne commence que dans les années 50. En août 1954, un groupe de Huesca équipe le Canal del Palomo de 240 « Clavijas » (Barres de fer). En 1956, Pierre Minvielle et l’ expédition française de spéléologie remontent intégralement Les Estrechos du Balcés supérieur, et surtout les Oscuros du Mascùn grâce à des mâts télescopiques.
Durant les années 60, premiers parcours connus des canyons du Vero (1961) et de la Peonera (1966).

Au début des années 70, le club Peña Guara réalise les premières du Val de Onsera et du Formiga en 1971 puis la première intégrale du Mascùn supérieur en 1974. La première descente intégrale des Gorges Noires date de 1973, par une équipe de jeunes spéléologues de Huesca.
En 1977, Pierre MINVIELLE édite le premier topo guide décrivant quelques canyons.

Les années 80 verront les premières du Cautiecho (1980), du barranco de San Martin et Las tablas (1981), du barranco d’Otin (1982), du Gorgonchôn (1983) et du Raisin (1984).
Au début des années 80, des français parmi lesquels, Jean-Paul Pontroué et Bernard Clos explorent le Miraval, le Glocés, le Consusa inférieur et supérieur, le barranco Angonés…

Le premier topo guide parait en décembre 1981: « Les canyons de Sierra de Guara » de Jean-Paul PONTROUE et Michel AMBIT.
En 1984 parait : « Canyons, sierras et villages du Haut-Aragon » (1er trimestre 1984, ouvrage de 200 pages), réalisation Franco-Espagnole ayant pour auteurs : A. GALICIA, F. BIARGE, J.P. PONTROUE, A. CASTAN, PH. PONTROUE, et S. PALLARUELO.

Le versant français connaît également l’ engouement de la pratique: première du Bitet inférieur (1981), du Ourdaybi (1982), des gorges du Llech (1984), du Althagneta (1985).

La descente de canyon va alors être révélée au grand public et aura un succès retentissant. Grâce à l’utilisation du matériel moderne, l’activité explose. Le premier grand prix de France de descente de canyon (qualificatif pour les Jeux Pyrénéens de 1993) est organisé en septembre 1992 à Gèdre – Gavarnie par la Fédération Française de Spéléologie.

Durant les années 90/2000 Patrick Gimat avec quelques compagnons (parmi lesquels Gilou Bonnard, Bernard Piquemal et Jean-Paul Pontroué, réalisent quantités de premières dans le Haut-Aragon.
« Canyonisme – La sierra de Guara » le dernier topo de Patrick Gimat est sorti en 2005.


Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone