Le massif du néouvielle
Le massif du Néouvielle – La réserve naturelle du Néouvielle

Une réserve naturelle

« Le massif du Néouvielle est remarquable par le nombre de ses lacs, la beauté de ses paysages et de ses forêts. C’est une des régions, assez rares, du versant Français des Pyrénées, qui évoquent le charme très particulier des vallées granitiques Espagnoles. L’abondance et la limpidité des eaux, les escarpements noirs couronnés de pins rouges, les pelouses encadrées de bosquets et traversées d’adorables ruisseaux, les grands lacs bleu sombre ou verts aux rives écarlates de rhododendrons ou décorés d’autres fleurs aux couleurs plus fines, font de cette région le paradis des promeneurs, des peintres, des botanistes, des photographes, des pêcheurs et, bien entendu, des montagnards. »
(Extrait du guide Ollivier) .

Le pin à crochets tapisse les pentes jusqu’à l’altitude de 2600 mètres. La Réserve Naturelle du Néouvielle est la forêt la plus haute d’Europe.

La faune et la flore y sont d’une richesse et d’une variété exceptionnelle: 370 espèces animales et 571 espèces d’algues différentes ont été recensées au cœur de la réserve.

La réserve Naturelle du Néouvielle

Le massif du Néouvielle est délimité au Nord par la route de Barèges et du col du Tourmalet; à l’Ouest par la route Luz-Gèdre; au Sud par la vallée montant vers Piau-Engaly et le vallon du Badet; à l’Est par la vallée d’Aure.

La réserve Naturelle du Néouvielle, ne couvre qu’une partie du massif. Attenante à la zone centrale du Parc National sur son côté Ouest elle est entièrement sur la vallée d’Aure. La réserve naturelle du Néouvielle a été créée en 1935, bien avant le Parc National des Pyrénées Occidentales en 1967.
Le professeur Chouard, qui est à l’origine de cette création, s’exprime ainsi à son sujet: “…il n’est plus nécessaire de faire l’éloge du massif lacustre du Néouvielle, maintenant reconnu comme la plus belle et la plus complète des régions lacustres des Pyrénées Françaises.”

La réserve couvre 2313 hectares étagés de 1800 à 3091 mètres et malgré les aménagements qu’elle a subie, elle reste biologiquement riche.
Le micro climat spécifique au massif lui offre des températures particulières et une atmosphère extrêmement limpide ; ce n’est pas par hasard que l’observatoire du Pic du Midi a été érigé sur un sommet voisin.

La route des lacs, ouverte en 1972, monte jusqu’à 2100 mètres d’altitude. Depuis 1994 elle est réglementée à partir du lac d’Orédon, où un service de navettes conduit les visiteurs aux lacs d’Aubert et Aumar.

Depuis 1968, la gestion de la réserve est assurée par le Parc National des Pyrénées.

Les lacs

Une multitude de lacs et laquettes sont présents sur l’ensemble du massif.
De très belles promenades vers ces lacs sont réalisables: lacs du Bastan, lacs de Gréziolles, Caderolles, Campana, Escoubous, lacs de la Glére….
Le randonneur amateur de lacs, n’aura que l’embarras du choix dans le massif du Néouvielle.

Le lac de Bastan supérieur
Lac de Bastan supérieur
Le lac de Bastan supérieur
Lac de Bastan Supérieur

Les 3000 du massif

Le Pic Long (3192 m) et le lac Tourrat au pied de sa face Nord

13 sommets de plus de 3000 mètres trônent dans le massif du Néouvielle.
Attention, nous sommes ici en Haute Montagne. Une bonne expérience est nécessaire pour entreprendre ces ascensions.

  • Le Néouvielle 3091 mètres. Le plus fréquenté du massif, que l’on atteint en 3 heures au départ du lac d’Aubert. Son ascension est également intéressante en skis à la fin de l’hiver dés que la route des lacs est ouverte.
  • Le Ramougn 3011 mètres dont la voie normale présente quelques difficultés.
  • Le pic des Trois Conseillers 3039 mètres
  • Le Turon du Néouvielle 3035 mètres La voie normale part du refuge de la Glére. Le Turon est intéressant en hiver également.
  • La Pale de Crabounouse 3021 mètres
  • Le Pic du Bugarret 3031 mètres
  • La Dent d’Estibére-Male 3017 mètres. Une longue randonnée au départ du lac de Cap-de-Long, permet d’effectuer ces trois sommets dans la journée.
  • Le pic Long 3192 mètres. Le plus haut sommet du massif. Réservé aux montagnards.
  • Le pic Maubic 3058 mètres
  • Le pic Badet 3160 mètres
  • Le pic Maou 3074 mètres
  • Le Campbieil 3173 mètres
  • Le pic d’Estaragne 3006 mètres

La conquête du pic de Néouvielle

Vincent Chausenque, officier topographe du génie, arrive dans les Pyrénées à Bayonne en juin 1804. Envoyé en service dans la région de Lourdes, il fait les excursions déjà classiques de l’époque autour de Barèges, Saint Sauveur, Cauterets… Il ascensionne plusieurs fois le pic du Midi.

C’est le début d’une véritable passion pour les Pyrénées. Il s’éprend tout particulièrement d’une montagne, le Néouvielle, vers lequel il pousse plusieurs reconnaissances.
Un jour de 1805, il rencontre Ramond aux cascades d’Escoubous avec lequel il s’entretient des possibilités d’ascension du « colossal Néouvielle ».
Ainsi, le 10 juillet 1847, (à l’âge de 65 ans) il veut faire une autre tentative vers cette montagne toujours vierge.
Il part à 2 H du matin, à cheval de Barèges, avec le guide Bastien Teinturier. Ils remontent jusqu’au Lienz, puis continuent à pied. Ils passent au lac de la Glére, puis par la brèche des Tourettes (aujourd’hui Brèche de Chausenque) et passent versant Est d’où ils atteignent le sommet. Ils restent 3 heures au sommet à savourer le succès, puis rentrent à Barèges, ou ils seront de retour 17 heures plus tard.

Le refuge de Bastan
Le refuge de Bastan

Les refuges

Refuges gardés:

Refuges non gardés:

L'environnement

Dans la Réserve naturelle du néouvielle, la faune et la flore sont d’une richesse et d’une variété exceptionnelle; 370 espèces animales ont été recensées au cœur de la réserve: le grand tétras, le bec croisé, la perdrix grise, la marmotte, l’isard…
Les lacs et torrents abritent une espèce endémique des Pyrénées : le Desman, petit mammifère aquatique appelé aussi Rat Trompette.
571 espèces d’algues différentes y ont été également recensées. Il y a encore quelques années, le crapaud accoucheur détenait le record européen d’altitude.
Le pin à crochets tapisse les pentes des montagnes jusqu’à l’altitude de 2600 mètres; c’est la forêt la plus haute d’Europe.

La linaigrette: le coton du pauvre
Linaigrette
Le Barrage de Cap de Long
Le barrage de Cap-de-Long

Les barrages

Le barrage d’Orédon, tel que l’on peut le voir aujourd’hui, fut construit en 1882 : ce fut le premier barrage Pyrénéen.
Henry Russell de passage à Orédon à écrit :“Tout le monde a entendu parler de ces travaux intéressants , que l’État exécute à grands frais sur le lac d’Orédon, dont on veut élever le niveau d’un nombre de mètres très effrayant, pour que la vallée d’Aure ne manque plus d’eau. Un barrage arrangera tout cela, quitte à gâter le paysage, et à noyer peut-être, après un gros orage, quelques villages de la vallée. C’est bien grave et coûteux…. Mais la science veut l’utile à tout prix.”

Après 1945 démarre la construction des quatre grands barrages EDF, dont celui de Cap-de-Long. 40 km de réseau de galeries relient les lacs du massif à la centrale électrique de Pragnères.

Découvrir la région

Accès

  • De Lannemezan remonter la vallée d’Aure en direction d’Aragnouet ou il faut prendre sur la droite la route des lacs (D 929) jusqu’au lac d’Orédon.
    Depuis 1994, le stationnement s’effectue sur l’aire d’accueil du lac d’Orédon et est payant de 9 h 30 à 18 heures du 01 juillet au 31 août. Des navettes partent vers les lacs d’Aubert et d’Aumar toutes les demis-heures. Les randonneurs préféreront emprunter le sentier passant par les Laquettes.
  • Par Luz et la vallée de Barèges, accès au massif par la piste de la Glère et le pont de la Gaubie.
  • Par Sainte-Marie de Campan, accès au massif depuis le virage du Garet, vers le refuge du Campana.

Bibliographie



Carte IGN 1748ET Néouvielle/Vallée d’Aure/Parc National des Pyrenées
Guide Rando Néouvielle
Pyrénées: Le Néouvielle
L’Aventure du Néouvielle
Pyrénées Centrales IV : Néouvielle, Pic-Long, Estaubé, Troumouse, Barroude

Plus d’ouvrages sur le Massif du Néouvielle