Charles PackeCharles PACKE naît le 22 août 1826. Il est le fils aîné du capitaine Edmond PACKE, célèbre officier de l’armée Anglaise
Après de brillantes études de droit à Oxford, il devient avocat en 1852.

La montagne l’attire et en 1850, il bivouaque pour la première fois au sommet du massif montagneux de Lakelandse. Il teste ainsi son invention: le sac de couchage.

Il découvre les Pyrénées pour la première fois en 1853, ne faisant que les traverser.

En 1855, il revient en France, mais ce sera dans les Alpes, où il effectuera une petite campagne. De retour de ce voyage, il écrit « The spirit of travel » qui parait en 1857.

Il revient dans les Pyrénées en 1857 et 1858 à Gavarnie et tombe amoureux du massif. Il ignore encore pour l’instant la présence d’un de ses illustre concitoyen: Henry Russell, qu’il rencontrera plus tard.
Il réalise bon nombre de courses difficiles et explore de façon plus poussée le versant espagnol fort mal connu, dès 1858.
Le guide qu’il affectionne le plus est Henri Passet avec lequel il bivouaque au sommet du lointain Mulhacen, point culminant de la Sierra Nevada.

En 1859, il s’établit dans les Pyrénées et il rencontre sa future femme aux Eaux-Chaudes en 1860.

La botanique qui le passionne est souvent le seul but de ses courses. Il découvre plusieurs espèces endémiques de la flore des Pyrénées et fait également des expériences intéressantes en arrivant à acclimater des plantes rares dans son jardin.

En 1860, le revoici dans ce massif de la Maladetta qu’il affectionne particulièrement. Et le 21 août 1860, il devient, d’après le registre des vainqueurs, le 180° touriste à réussir le Nethou qui est encore rarement escaladé (C’est la 61éme ascension).

L’ anglais H. Halkett réalise la première ascension des Posets (3375 m), sommet peu connu, avec les guides Pierre Redonnet et Pierre Barrau le 06 Août 1856. Packe en réussit la seconde ascension en 1861. Cette même année, le 20 août, il effectue sa seconde du Nethou.

Il se révèle un remarquable écrivain et publie en 1862, la première édition de « The guide of Pyrenees ». Pour illustrer ce guide, il choisit une vue du lac du Portillon d’Oo. La deuxième édition date de 1867. (Imprimé par Spottiswode et Co, Londres). Ce livre contient la carte qu’il fit du massif du Balaïtous, inséré dans l’attache arrière de couverture.

Le Balaïtous Son nom est associé à la conquête du Balaïtous (3144 m). L’idée de s’attaquer à ce sommet lui vient en lisant le récit d’une autre tentative infructueuse de John Ball, premier président de l’Alpine Club, en 1861.

Après un premier assaut infructueux en 1862, il atteint le sommet (dont il croit faire la première ascension) par l’arête occidentale le 15 septembre 1864 avec le guide Jean-Pierre Gaspard d’Arrens après avoir passer une semaine a essayer de trouver un itinéraire. Depuis cette ascension, cette arête se nomme « arête Packe-Russell ».

« Ce pic célèbre et menaçant avait été gravi une fois, en 1825, par MM. les officiers géodésiens: mais pendant prés de 40 ans, personne n’y était remonté. On ne savait même plus dans le pays par où ils avaient passé. On peut donc dire que l’escalade de Packe eut tous les risques et le mérite d’une première ascension: et elle fut formidable; car il monta par la fameuse et diabolique arête occidentale » Henry Russell (Souvenirs d’un montagnard)

1864 est pour lui une bonne année car il réussit la difficile Munia (3134 m) par le versant nord avec Henri Paget (Chapelle), et la première ascension du Malibierne, avec F.Barrau et Barnes.

Le 19 août 1864, à l’hôtel des voyageurs de Gavarnie, il fonde avec Russell, Maxwell-Lyte et Frossard la première Société de Montagnards: la Société Ramond.

Le 17 juillet 1865, il effectue la première ascension de l’Aneto depuis Llosas, par la vallée du Coroné, avec Barnes, F.Barrau et Ch.Gouzan.
Cette même année 1865, en compagnie de son ami et compatriote Henry Russell, ils arrivent les premiers au sommet du pic Russell (3205 m) par le couloir Sud.

En 1866, paraît une carte des Monts Maudits au 1/80 000 qu’il exécuta seul.

Il eut l’honneur rare, pour un montagnard étranger, d’être admis au sein du Club Alpin Français. Ses observations et mémoires précis de topographie, géologie, botanique.. ont été plusieurs fois retranscrits dans les colonnes des parutions du CAF.

Charles PackeIl est responsable de l’introduction du chien de montagne des Pyrénées en Grande-Bretagne. Il en a eut cinq, appelés Wolf, Ossou, Patou, Nethou et Carlitte. Il aimait tellement ses chiens qu’il avait exprimé le souhait d’être enterrer avec ses chiens dans le parc devant sa maison, à Stretton Hall.

Il meurt le 16 juillet 1896. Il est enterré le 20 juillet 1896, dans son pays natal.

Le CAF baptise de son nom un refuge de type ogival construit en 1895 au col de Rabiet dont il contribua au financement. Il sera inauguré en Août 1896 par Franz Schrader et Aymar de Saint-Saud.
Le Lac Féchan au pied du pic Russell porte également le nom de ce montagnard réputé modeste.
Son grand ami Russell, écrit un livret en son hommage: « Charles Packe » (Pau, Imprimerie Vignancour, Place du Palais, 1896).