Jean Bazillac

Jean Bazillac naît à Mirande dans le Gers le 28 juin 1857. Il est le fils d’un riche banquier de la ville à la tête d’une grosse fortune terrienne.
Quelques années plus tard il prendra la succession de son père.
Il prend goût à la marche et à la montagne pendant son volontariat aux chasseurs à pied.

En 1878, à l’âge de vingt et un ans, il rencontre Henri Brulle à Cauterets. Ils se lient d’amitié et font ensemble l’ Ardiden accompagné des guides P.Bordenave et Jentun.
Après cette ascension, ils deviennent des amis inséparables et ils vont former rapidement la cordée idéale. Ils font encore, cette année là, le Balaïtous, l’Enfer et le Mont Perdu, pendant une campagne de huit jours avec les guides J.Sarrettes et P.Bordenave.

Le mardi 27 août 1878, descendant des Sarradets avec Henri Brulle, le hasard fait qu’ils rencontrent Célestin Passet. Ce jour là, une grande équipe voit le jour et comptera de nombreuses premières et exploits à son actif.

La naissance du Pyrénéisme de difficulté:

Le 12 août 1879 en compagnie d’Henri Brulle et des guides J.Sarrettes et P.Bordenave il se lance dans l’ascension du Vignemale par le Clot de la Hount. Cette célèbre première ouvre l’ère du Pyrénéisme de difficulté.

Lire le récit

L’année suivante (1880), « les frères siamois du casse-cou » (Beraldi) montent ensemble au pic du Ger, à l’Ossau et au Cambales. Ils doivent renoncer sur la face sud du difficile Pallas à quelques mètres du sommet.

Bazillac et Brulle, devenus inséparables, entreprennent, en 1881, (avec les guides Célestin Passet et Pierre Bordenave) une longue tournée de la Maladeta au massif de Gavarnie, ou ils gravissent une vingtaine de grands pics en quatorze jours. Tous les 3000 connus y passent et ils réalisent au passage la première du pic du Port d’Oo (appelé aujourd’hui pic Jean Arlaud), les premières de l’Astazou Occidental et du Gabietou.
Ils finissent leur périple à Gavarnie le 19 août 1881 en réalisant un authentique exploit: ils font la première du tour du cirque de Gavarnie par les gradins intérieurs (montée du coté Sarradets et descente du coté Astazou).

Nouvelle campagne en 1882: 16 grands pics du Canigou au Vignemale avec Brulle et Célestin Passet. (Coma-Pedrosa, Nethou par la cheminée sud, Pic du Milieu…) et deux nouvelles premières (Comoloforno et Hourgade).

1883 est l’année de sa première rencontre avec les Alpes.

Il part de Gavarnie avec Brulle et Célestin Passet. Avec les guides de l’Oisans Gaspard Père et fils ils font la cinquième ascension de la Meije (première ascension en un jour). Ils ascensionnent également les Écrins (catastrophe évitée car toute la cordée glisse de 300 à 400 mètres sur la glace et se rattrape de justesse au bord d’une crevasse), l’aiguille septentrionale des Aiguille d’Arves et le Mont Blanc (très mauvais temps).

Après une année d’absence, il revient aux Pyrénées le 28 janvier 1885 pour réaliser une hivernale au Mont-Perdu avec Brulle et les guides C.Passet, Haurine et Bernard.

Puis c’est le départ pour une nouvelle campagne dans les Alpes, toujours avec son ami Brulle et De Champeaux: Aiguille méridionale d’Arves, Dent Parrachée, Grande Casse, Grand paradis, Mont Blanc, Cervin, Dent Blanche, quatrième ascension des Dru (première en un jour depuis Chamonix).

En 1887, Brulle ne parait pas dans les Pyrénées. C’est donc seul avec Célestin qu’il réalise la première ascension du Pic entre les Brèches. (Depuis ce pic porte le nom de pic Bazillac). Puis, avec son ami Gascon le Comte Roger De Monts, il réussit la première du Mur de la Cascade avec Célestin comme guide. Cette saison sera clôturée par la première de la Punta Fulsa.

En janvier 1888, il est initié par De Monts aux ascensions hivernales: Gourgs-blancs, Crabioules et Perdiguere.

Swan ayant donné dans l’annuaire de 1885 « un récit émouvant, bien fait pour appeler sur ses traces » en compagnie de Brulle, De Monts et Célestin le 04 août 1888, c’est la seconde ascension du couloir Swan.

Le 07 août 1889, sera le point culminant de la carrière de notre Pyrénéiste: avec Henri Brulle,Célestin Passet, Roger De Monts et François Bernat-Salles il participe à la première ascension du Couloir de Gaube. C’est à l’époque le plus grand exploit jamais réalisé dans les Pyrénées.
Après un jour de repos seulement il repart avec Brulle et De Monts pour réaliser la seconde ascension du Mont-Perdu par le nord. « La plus belle ascension des Pyrénées » dira Brulle.

En 1890, Bazillac, ne peut éviter la faillite de sa banque. Il quitte définitivement la scène pyrénéenne. Pour éviter les poursuites dont il fait l’objet, il se réfugie sous un nom d’emprunt en Belgique (à Bruxelles), dans un dénuement presque total.

Il rentre en France pendant la guerre 14-18 et se fixe dans la région parisienne à Courbevoie. A plus de 70 ans, le 27 septembre 1927, il épouse Jeanne-Marie-Louise Dumas et un peu plus d’un an après cette union tardive, il s’éteint à Courbevoie le 09 décembre 1928.

Les premières de Jean Bazillac

12 août 1879
Première du Vignemale (3298 m) par le Clot de la Hount (H.Brulle, J.Bazillac, Sarrettes, P.Bordenave)
10 août 1881
Première du Seil de la Baque central (3114 m) (H.Brulle, J.Bazillac, C.Passet, P.Bordenave)
11 août 1881
Première du Pic du Port d’Oo (Pic Jean Arlaud) 3065 m (H.Brulle, J.Bazillac, C.Passet, P.Bordenave)
16 août 1881
Première du Grand Gabietou (3034 m) (H.Brulle, J.Bazillac, C.Passet, P.Bordenave)
18 août 1881
Première du Grand Astazou (3077 m) (H.Brulle, J.Bazillac, C.Passet, P.Bordenave)
19 août 1881
Première du tour du cirque de Gavarnie par les gradins intérieurs (H.Brulle, J.Bazillac, C.Passet, P.Bordenave)
25 juillet 1882
Première du Comolo Forno (3033 m) (H.Brulle, J.Bazillac, C.Passet)
31 juillet 1882
Première du Hourgade (2964 m) (H.Brulle, J.Bazillac, C.Passet)
26 juillet 1883
Première ascension de la Meije en une journée (H.Brulle, J.Bazillac, C.Passet, le guide Alpin Gaspard et son fils)
1887
Première du Pic Bazillac (2972 m) (C.Passet, J.Bazillac)
1887
Première du Mur de la Cascade (C.Passet, J.Bazillac, R.De Monts)
04 août 1888
Première descente de l’Astazou sur Estaubé (H.Brulle, C.Passet, J.Bazillac, R.De Monts)
06 Août 1889
Première du couloir de Gaube (H.Brulle, J.Bazillac, de Monts, C.Passet, F.Bernat-Salles)